Aller au contenu principal

Environnement et espaces verts

Environnement et espaces verts

Si Mont-Saint-Aignan dispose d'un cadre de vie de qualité, c'est parce que préservation de la nature et développement urbain sont intimement liés.

Quelques chiffres

  • Un territoire communal de 794 hectares
  • 80 hectares de forêts
  • 3 grands massifs forestiers : le Cotillet, l'Archevêque et les Compagnons
  • 3169 arbres en milieu urbain, hors parc et bois, soit l'équivalent de 30 hectares d'espaces boisés
  • 200 espèces de plantes
  • 121 arbres remarquables recensés en 2015
  • 70 espèces d'oiseaux
  • 20 espèces de papillons
  • De nombreux arbres centenaires : chênes, magnolias, cèdres bleus, désespoir des singes...

Les méthodes d'entretien

La gestion différenciée des espaces verts

Pour entretenir ces espaces verts, Mont-Saint-Aignan a fait le choix d'une gestion différenciée, qui consiste à adapter l'entretien de chaque espace en fonction de son usage. Ceux qui ont un caractère naturel ou qui sont peu accessibles au public sont fauchés deux fois par an au lieu d'être tondus régulièrement. Laisser pousser la végétation permet l'accueil d'une faune et d'une flore plus riches, tout en limitant les coûts d'entretien.

Le 0% phyto

La Ville n'emploie plus de pesticides pour l'entretien de ses espaces verts, voiries et cimetière. Seuls les espaces sportifs font exception. Des méthodes alternatives ont ainsi été mises en place : le fauchage, le désherbage manuel ou thermique (gaz ou eau chaude) complétés par l'introduction de zones de fauches en ville et par la plantation de semis fleuris, notamment en pied de murs. Ces mesures répondent pleinement à la loi de transition énergétique du 22 juillet 2015 qui impose un arrêt des phytosanitaires dans les espaces publics et contribue à restaurer la diversité biologique sur le territoire.

Les produits phytosanitaires seront également interdits aux particuliers à partir du 1er janvier 2019.

La taille raisonnée

À la différence de la taille sévère, la Ville pratique la taille raisonnée des arbres présents dans la commune. Il s'agit d'intervenir uniquement lorsque cela est nécessaire, par exemple lorsque la sécurité l'impose, afin de ne pas fragiliser les plantations.

Enfin, dans un souci de renouvellement du patrimoine arboré, les services de la Ville procèdent à de nouvelles plantations à chaque arbre supprimé.

Pour tout savoir sur la taille sévère et la taille raisonnée et obtenir des conseils sur l'entretien des arbres et arbustes, consultez le dossier du Mag' de mars 2015.

Les arbres remarquables

Certains espaces verts de la commune bénéficient d'une protection au titre du Plan local d'urbanisme : définis comme des espaces boisés classés (EBC), il est impossible d'y construire.

Consulter la carte des EBC

Soucieuse de préserver les arbres qui ne font pas partie de ces EBC, la Ville a mené en 2015 un recensement du patrimoine arboré remarquable, sur le domaine public comme sur le domaine privé. 121 arbres ont été identifiés et signalés à la Métropole en tant qu'élément de paysage à préserver au sein du Plan local d'urbanisme.

Consulter le recueil des arbres remarquables

Consultez le dossier du Mag' de novembre 2015 sur le patrimoine arboré de la commune

La biodiversité

Des actions sont également menées pour enrichir la biodiversité.

Dans le bois du Cotillet, par exemple, une partie des branches coupées est laissée au sol ; elles favorisent ainsi la présence de nombreuses espèces animales, permettant le maintien et le développement d'un écosystème forestier de qualité.

Au parc du Village comme au centre de loisirs et de rencontres, des portes-greffes ont été plantés pour créer des vergers conservatoires composés de variétés régionales anciennes de pommiers et poiriers.

La Ville travaille par ailleurs avec la Ligue de protection des oiseaux, qui mène différentes actions de sensibilisation et de découverte de la faune et de la flore auprès des habitants.